La journée des Tuiles à Grenoble : première émeute révolutionnaire ?

Publié le par MB

 

LE VIEUX GRENOBLE ...

SES PIERRES, SON AME.

Par René Fontvieille
 

Bicentenaire de la Révolution française. Assemblée des 3 Ordres-2538

 

La rue Voltaire

Cette rue, qui était l'une des principales rues du Vieux Grenoble avec de nombreux hôtels particuliers, ne s'appela ainsi qu'à partir de 1873.

 

Avant la Révolution, c'était la rue Neuve Saint-Vincent ou rue Neuve des Pénitents.

-

Au numéro 6 se trouve l'immeuble qui fut à partir de 1760, 1'hôtel de la première Présidence du Parlement ; il fut habité en dernier lieu par le Premier Président Albert de Bérulle. Dans cet hôtel, se réunirent en Juin 1877 les magistrats du Parlement après que le gouverneur de Louis XVI eut décidé de les exiler, en raison de leur attitude courageuse à dénoncer les abus et à réclamer des Etats Généraux. C'est autour de l'Hôtel que se déroula l'émeute du 7 Juin 1788, appelée la Journée des Tuiles, qui se termina par le triomphe du Parlement.

-

Au numéro 17, on peut voir l'immeuble autrefois occupé par la Confrérie des Pénitents qui avaient donné le nom à la rue, rue Neuve des Pénitents.
La Confrérie des Pénitents de la Miséricorde, fondée au Moyen-Age, avait pour but de soulager le sort des prisonniers et d'assurer le repos éternel de ceux qui étaient livrés aux mains de l'exécuteur de Haute Justice.

Dans la Chapelle on peut admirer les stalles qui sont un travail gothique du XVème siècle, provenant de l'abbaye cistercienne des Ailles.

 

 

* * *

L'HOTEL DE LA PREMIERE PRESIDENCE :
6 RUE VOLTAIRE

Lorsque le Conseil d'Etat du Roi, par arrêt en date du 6 Mars 1761, ordonna l'achat de l'hôtel du Marquis de Massingy, situé Rue Neuve des Pénitents, actuellement,   6 rue Voltaire, afin que le Premier Président du Parlement, Thomas de Bérulle, " soit au plus tôt en l'état de remplir les fonctions de sa place", ses membres ne se doutaient certainement pas que dans cette maison un quart de siècle plus tard, les Parlementaires du Dauphiné, expulsés de leur Palais de Justice sur ordre de la Cour Royale, rendraient un arrêt d'une vio­lence extrême qui contribuerait à ébranler les bases du Trône, aux applaudis­sements frénétiques des grenoblois en délire, montés jusque sur le toit des maisons, pour en jeter les tuiles sur les régiments de Royal-Marine, le 7 Juin 1788.

 

Avant d'évoquer les journées prérévolutionnaires, nous voudrions rappeler comment cet hôtel devint celui de la Première Présidence et quels en furent les occupants.

 

Après le décès du Premier Président de PIOLENC, le propriétaire de l'hôtel où il résidait fit connaître qu'il n'était plus dans la disposition de louer à son successeur ; celui-ci, Thomas de Bérulle ne put trouver dans la ville de GRENOBLE, " d'autre maison décente et convenable " que celle appartenant au Marquis de Massingy.

 

 

C'est pourquoi le Conseil Royal en décida l'achat ; en effet, le Premier Président du Parlement, occupant une des plus hautes charges de la Province, ne pouvait être logé que dans un vaste hôtel, où de grandes réceptions pussent être données.
Or, il contenait une cinquantaine de pièces, plus des écuries et des remises pour les équipages.

Le bâtiment, d'une architecture simple, de grande allure avec sa porte cochère, donnait accès à une cour spacieuse. La date exacte de sa construction est igno­rée, mais elle se situe au début du XVIIème siècle. Cette maison est alors la propriété d'André Basset, qui la vend le 6 Août 1645, à Jean du Vache, seigneur de l'Albenc, Président à la Chambre des Comptes. Elle tombe, ensuite, par dis­position testamentaire, dans le patrimoine de Joseph Vibert de Massingy, baron de Cognin.

C'est de ce dernier que, après l'arrêt du Conseil Royal du 6 mars 1761, l'hôtel est acquis par l'intendant de la Province, Pagot de Marcheval, au nom du Roi, pour la somme de 61,000 Livres, payable en sept années ; l'acte de vente est du 13 avril 1762,

 

Le Conseil rendit le 26 Mai 1768 un arrêt qui cédait cet hôtel à la ville de Grenoble pour être affecté à perpétuité au logement du Premier Président du Parlement, à charge pour la ville de l'entretenir et y faire les réparations nécessaires.

La municipalité n'apprécie pas beaucoup ces dons qui sont très onéreux pour ceux qui en bénéficient ; aussi le 17 Septembre 1768 la ville pris une délibé­ration pour supplier le roi de lui permettre de ne pas accepter cette libéra­lité,

Le 8 Janvier 1770, il est adressé une nouvelle supplique dans le même sens : les consuls font valoir que les réparations sont importantes et que les revenus de la Ville sont insuffisants. Un arrêt du Conseil en date du 10 Mai 1770 écarte les réclamations ; mais les objections ont été entendues, puisque les lettres patentes du 26 avril 1771, qui opèrent cession définitive à la Ville, accorde une subvention de 40.000 Livres pour l'aider à faire les réparations nécessaires - toutefois, cette somme n'est pas seulement destinée à la mise en état de l'hôtel de la Première Présidence, elle devra également servir à payer les réparations de l'hôtel de Vaulx, acquis en 1764, pour le logement du commandant de la Province - .


Cette procédure laborieuse n'avait pas empêché le Premier Président de s'installer dans l'hôtel dès 1763. C'est au cours de cette année que sont entrepris les travaux pour former le jardin. Un mémoire du maître jardinier Heudon, de LA TRONCHE, du 15 avril 1763, nous apprend qu'il avait été planté, 237 ormes, des œillets d'Espagne, des œillets du poète, des marguerites et 500 renoncules en grosses touffes".

Les écuries donnant sur la cour furent réparées, les greniers furent percés de fenêtres pour rentrer du foin, on construisit une remise pour les équipages et une sellerie au-dessus.

 

Au cours de cette année, intervint la grande réforme du chancelier Maupeou qui, pour briser la résistance du Parlement, démis les magistrats de leurs charges.

Le Premier Président de ce nouveau Parlement, exécré des Dauphinois, fut Vidaud de la Tour. Il s'installa dans l'hôtel et l'occupa jusqu'en 1775, époque à laquelle Louis XVI rappellera l'ancien Parlement.

 

Le Premier Président Thomas de Bérulle reprit possession des lieux. Il est intéressant de lire une lettre que Vidaud de la Tour adressa le 28 Mars 1775 à Thomas de Bérulle, pour mettre courtoisement à sa disposition ses meubles personnels qui gar­nissaient l'hôtel de la Première Présidence.

De Bérulle répondit aussi cour­toisement pour décliner cette offre, dans des termes qui laissent percer le mépris : " J'ignore encore l'instant où je ferai ce voyage à Grenoble ; mais il m'y a été offert, il y a déjà longtemps un asile par des personnes que je considère et que j'aime, auxquelles je croirais manquer si je n'en acceptais pour le moment l'offre obligeante qu'elles ont eu la bonté de me faire."

Et Thomas de Bérulle descendit en l'hôtel du Président d'Ornacieux qui jouxtait l'hôtel de la Première Présidence ; ainsi n'eut-il pas à rencontrer celui qui avait accepté cette charge sous le mépris de tous les Dauphinois, attachés à leur véritable Parlement.

 

 

 

En 1785, l'hôtel vit s'installer le Premier Président, Albert de Bérulle, fils du précédent, âgé d'une trentaine d'années, héritier d'une charge qui avait été occupée par plusieurs de ses ancêtres, dont Pierre de Bérulle, Premier Président sous Louis XIV.

Paradoxe de l'Histoire, c'est ce grand seigneur, dont les armes étaient "Deux gueules, au chevron d'or, accompagnées de trois molettes d'éperon du Maine", issus de très vieille noblesse - Amaury de Bérulle, chevalier, mort à Crécy le 26 Août 1346 ; un arrière grand-oncle, le Cardinal de Bérulle, aumônier de Henri IV et Conseiller de Marie de Médicis -, qui va présider le Parlement du Dauphiné, lorsque celui-ci va porter au pouvoir royal les coups les plus sévères. Albert de Bérulle va, en effet, signer, en particulier, cet extraor­dinaire arrêt du 21 Août 1787 qui, après avoir pris nommément à parti le ministre de Calonne, pose en termes nobles et généreux ce qui va constituer les revendications du Tiers Etat.

Le Parlement, avec un courage qui force le respect, ne demande pas moins que de substituer à la volonté royale la souveraineté nationale : c'est toute la révo­lution Française, mais après cet arrêt solennel, pris toutes les chambres assem­blées, le Premier Président Albert de Bérulle et l'Hôtel de la Première Prési­dence se trouvèrent au centre de ce tourbillon, qui très rapidement, s'enfla et s'accéléra au point de changer la face du monde.

 

 

On sait que la Monarchie se débattait dans de grandes difficultés financières que de Calonne avait essayé de résoudre en 1787 par des édits qui furent re­poussés par les Parlements. Nous avons vu avec quelle vigueur le fit celui du Dauphiné.

Pour vaincre leur résistance, de Brienne et de Lamoignon firent adopter les édits de Mai 1788 qui bouleversaient l'organisation judiciaire et qui enlevait au Parlement leur prérogative politique fondée sur l'obligation faite au pouvoir royal de solliciter l'enregistrement de ses décisions. Les édits décidaient qu'ils seraient désormais de la compétence d'une cour plénière composée de hauts dignitaires désignés par le roi.

Le 9 mai, le Parlement du Dauphiné émet une violente protestation par un autre arrêt solennel : il déclare traître à la patrie tous les magistrats qui occu­peront et accepteront de siéger dans les nouveaux Tribunaux. Ils refusent d’enregistrer les édits et demandent à nouveau la convocation des Etats Généraux.

Le Lendemain, le Duc de Clermont-Tonnerre, Gouverneur du Dauphiné, se transporte au Palais de Justice et fait procéder, manu militari, à l'enregistrement au greffe. Cette opération, décidée par Paris, avait été grandement facilitée par le fait que les magistrats étaient absents en raison des vacances de la Pentecôte. Dès que le greffier eut transcrit les édits sur les registres, les portes du Palais furent verrouillées.

L'émotion soulevée par cet acte de force fut grande dans toute la ville et la Province. Le Corps Municipal de GRENOBLE éleva une vive protestation.

Lorsque le 20 Mai, Bérulle et les magistrats rentrèrent de leurs terres, ils trouvèrent les portes du Parlement fermées. Le Premier Président décida alors de tenir une assemblée générale dans son hôtel de la rue Neuve des Pénitents (6 rue Voltaire).

Tous les magistrats réunis dans son grand salon, rendirent un arrêt d'une violence extrême, dénonçant les auteurs des Edits comme "perturbateurs du repos public, fauteur du despotisme, coupables de la subversion des lois et du renversement de la Constitution de l'Etat".

On aurait cru entendre avant l'heure les invectives jacobines. Après cette prise de possession, il est évident que les hostilités allaient s'ouvrir. Les ordres arrivèrent de Paris et pressèrent le duc de Clermont-Tonnerre de mettre à exécution les lettres de cachet à l'encontre des magistrats : ils sont tous mis en demeure de quitter Grenoble et de se retirer sur leurs terres.

Dès le lendemain, les Parlementaires prennent leurs dispositions de départ.

Mais les Grenoblois n'entendent pas laisser partir ceux qu'ils considèrent comme le rempart de la liberté.

Abandonnant leur réserve et leur froideur proverbiale, les Dauphinois vont manifester avec véhémence leur opposition : le 7 juin, la foule envahit la rue Neuve des Pénitents et se masse devant l'hôtel de la Première Présidence pour empêcher les équipages d'Albert de Bérulle de se mettre en marche. Les malles sont déchargées de force et l'at­telage et rentré dans la remise au fond de la cour.

Le Premier Président essaie de calmer les esprits, mais en vain. Toute la rue Neuve qui va de la place Grenette à la rue Très-Cloître est en effervescence La foule fait sonner le tocsin ce qui ameute les paysans des environs. Et, chose incroyable, tous ces gens montent sur les toits et lancent les tuiles sur la troupe que le gouverneur avait fait sortir de ses casernements. L'Hôtel du Duc de Clermont-Tonnerre est forcé et les meubles sont mis à mal. Il ne semble pas qu'il y ait eu violence contre sa personne, bien que l'on ait écrit qu'il avait été bastonné et menacé d'être pendu au lustre de son salon.

 

Toute la ville est en émoi : la place Grenette est un centre de ralliement.

Stendhal, dans la vie de Henri Brulard, a évoqué cette tragique "Journée des Tuiles".

 

Parmi la troupe, il y eut également quelques blessés, dont le sergent Bernadotte futur Maréchal d'Empire et Roi de Suède.

 

Le duc de Clermont-Tonnerre, impressionné par la violence du mouvement populaire décida de surseoir aux ordres ministériels et écrivit au Premier Président pour l'inviter à se rendre au Palais de Justice, en robe, avec ses Magistrats ; con­cession d'une très grande importance, puisqu'il était sursis à l'ordre d'exil, que le Palais, fermé depuis le 10 mai, était réouvert, et que le Parlement était invité à y tenir une audience solennel.

Le départ des Magistrats de l'hôtel de la Première Présidence se fit sous les acclamations enthousiastes de la foule. Un attelage garni de feuillages et de roses avait été avancé devant la porte cochère. Albert de Bérulle ne consentit pas à y prendre place et gagna le Palais à pied, avec ses magistrats, par la rue Neuve du Collège - actuelle rue du Lycée, la Place Grenette et la Grand Rue. La foule criait : "Vive, vive à jamais notre Parlement, que Dieu conserve le Roi, et que le Diable emporte Brienne et Lamoignon ! "

Les cloches sonnaient à toute volée, faisaient monter l'atmosphère.
Lorsque les magistrats arrivèrent place Saint-André, la foule voulait envahir le greffe et brûler le registre sur lequel l'enregistrement des édits avait été effectué de force.

 

Le Premier Président dû intervenir ; il le fit avec beaucoup de dignité. Après avoir remercié la population de sa sympathie à l'égard des Parlements, il l'in­vita à reprendre ses occupations pour éviter à la ville de grands malheurs :

" Vous devez être persuadé que le roi veut le bonheur de ses peuples. Nous ne discontinuerons pas de solliciter sa justice, mais le moyen le plus sûr d'accélérer le retour de ses bontés, c'est de l'attendre dans vos demeures. Le Parlement protégera toujours vos droits et vos privilèges."

 

Et tandis qu'un feu de joie était allumé place Saint-André, le Parlement sié­geait dans la salle de la Grande Audience, sous les somptueux plafonds d'époque Louis XIV, dû au ciseau de Daniel Guillebaud : spectacle exceptionnel, certai­nement, que ces 74 Magistrats en robe rouge et couverts d'hermine, conscients de la gravité de l'heure.

Après l’audience, les choses avaient tendance à rentrer dans l'ordre, comme l'avait publiquement souhaité le Premier Président. Mais les manifestations de sympathie à l'égard du Parlement continuaient. C'est ainsi que, vers Minuit, une sorte de sérénade fut offerte à Albert de Bérulle : un acteur et une actrice du Théâtre vinrent chanter sous ses fenêtres, un morceau de l'Iphigénie de Gluck. Au cours de la même nuit, circulait sous le manteau un pamphlet anonyme, l'Esprit des Edits, rédigé par Barnave, dont le thème était : tous derrière le Parlement en attendant la convocation des Etat Généraux.

 

Le lendemain, 8 juin, on assista, encore à quelques manifestations devant la citadelle et la porte de l'Evêché : elles tournèrent court après l'intervention du Premier Président. Mais les motions abondaient, certaines ne manquant pas de saveur, telle que celle des " femmes du Dauphiné au Roi ". Ce dernier était menacé d'une grève d'un genre particulier : " (Nous osons vous le dire, il pourrait arriver, dans la consternation où nous jettent vos projets, que nous ne vou­lions plus donner de citoyens à l'Etat. Nous nous y prêtons de bonne grâce sous un gouvernement sage et heureux, mais pour donner l'existence à des êtres voués au despotisme et à l'esclavage, il n'est aucune tentation qui en vienne à bout."

 

Mais le Premier Président de Bérulle et les Magistrats du Parlement, s'ils savaient tenir un langage ferme et courageux face au trône, ne voulaient pas rentrer en rébellion contre le roi. Aussi décidèrent-ils de se conformer aux lettres de cachet qui leur prescrivaient de quitter la ville et qui n'avaient pas été rapportées. Dans la nuit du 12 au 13 juin, ils quittèrent Grenoble pour se rendre individuellement au lieu de leur exil. Albert de Bérulle se dirigea vers le château de Vourey où Bouvier de Portes de Saint-Julien, avait sollicité l'honneur de l'accueillir.

 

 

L'Elan donné par le Parlement ne devait pas s'arrêter après le départ de ses magistrats. Le 14 Juin, à 10 Heures, les notables, au nombre de 202, tinrent à l'Hôtel de Ville une assemblée extraordinaire, que le duc de Clermont-Tonnerre n'osa pas interdire, malgré son illégalité. La motion votée s'inspira évidem­ment des revendications des magistrats. Ils demandaient de rétablir l'ordre ancien, de révoquer les édits de Mai, de rappeler le Parlement, de rendre au Dauphiné ses anciens Etat Provinciaux et de convoquer les Etats Généraux.

 

L'Assemblée prit également une décision d'une très grande importance ; le Tiers serait représenté aux Etats du Dauphiné par le système du "doublement", ce qui faisait cesser son infériorité en face du Clergé et de la Noblesse.

Avant de se séparer, les notables, enthousiastes, se donnèrent rendez-vous pour le 21 juillet. Le grand mouvement était donné. Il devait avoir les conséquences que l'on sait.

 

Et c'est à la date fixée, l'Assemblée de Vizille. De Brienne et puis le Maréchal de Vaulx, qui avait remplacé dans les fonctions de Lieutenant Général, le duc de Clermont-Tonnerre, avait bien eu la velléité d'empêcher une telle réunion, mais il ne put obtenir qu'une chose, c'est qu'elle ne se tint pas à Grenoble.

 

Les gouvernements ont toujours eu la fâcheuse habitude de voir les choses telles qu'ils les souhaitent : le ministre avait indiqué au vieux maréchal que la noblesse dauphinoise était formellement opposée aux revendi­cations du Tiers. Or, sur place, le nouveau commandant avait constaté que les trois ordres étaient parfaitement associés pour faire prévaloir leurs vœux communs. C'est un état d'esprit nouveau que de Brienne ne voulait pas voir.

 

En militaire loyal, le maréchal le constate et en rend compte :

" Lorsque les gentilhommes avaient donné leur parole de se trouver dans une assemblée, ils devaient la tenir, fusse sous la bouche du canon."

Voilà une appréciation qui fait grandement honneur au maréchal de Vaulx.

Chacun fut très satisfait lorsque Claude Perrier, Manufacturier, offrit de recevoir l'assemblée dans le fier château construit par Lesdiguières, et qui était devenu sa propriété.

C'est ainsi que furent prises les résolutions historiques adoptées par 540 députés des trois Ordres, réunis sous la présidence du Comte de Morges et animés par Mounier. C'est vers minuit que sont votées les "remontrances" au roi", qui sont à peu près semblables aux résolutions du 14 juin. Leur reten­tissement est énorme dans toute la France : ce qui frappe tous les esprits, c'est l'unanimité des trois ordres. La Révolution est déjà dans les cœurs : c'est ce que Michelet appelle "la Leçon de la France".

 

Cette leçon s'impose même à Louis XVI qui, dès le 2 Août, convoque à Romans les trois Ordres pour organiser des Etats Provinciaux ressuscités. Le processus est engagé d’une façon irréversible, mais l'union sacrée est quelque peu disloquée.

Au cours des trois cessions, dont la première se poursuit jusque vers la mi-janvier 1799, les oppositions se manifestent. Les nobles commencent à se rendre compte que l'appétit du Tiers est immense ; ils réalisent qu'il s'agit d'un véritable déferlement, ce que Mgr le Leyssin, Archevêque d’Embrun, exprime comme l'aurait fait un capitaine de Brévant : " Les deux premiers Ordres sont foutus ".
Mais grâce aux efforts incessant de Barnave et de Mounier, la scission est évitée. Le Dauphiné continue à émerveiller le pays : c'est une députation unie qui partira pour les Etats Généraux de Versailles.

Les choses vont se précipiter : Louis XVI se débarrasse de ses ministres trop encombrants. Brienne et Lamoignon sont disgraciés.

En apprenant cette décision royale, le 18 Septembre, les Grenoblois exultent.

Les mannequins des deux ministres sont promenés dans la ville sous les invectives et les sarcasmes.

Celui de Lamoignon est mis au carcan et brûlé sur la place Grenette. Les cendres sont recueillies dans un vase de nuit et versées dans les latrines du Palais de Justice.

Les Dauphinois attendent avec impatience ce qui leur tient tant à cœur ; ils savent, dès maintenant, qu'ils l’obtiendront : c'est le rappel de leur Parlement.

 

Effectivement, Louis XVI invite les magistrats de cette haute juridiction à reprendre leurs sièges. Et le 12 octobre, vers six heures du soir, c'est le retour triomphal du Premier Président. Albert de Bérulle est accueilli dans l'allégresse générale par les paysans de Rives, Moirans, Voreppe, Le Fontanil, Saint-Martin-le-Vinoux. Trois Compagnies de volontaires à cheval, précédées par les musiques des Régiments d'Austrasie et de Royal-Marine, vont au-devant de lui jusqu'à Voreppe. Arrivé à la Porte de France, il est littéralement porté en triomphe, au point de gêner ce grand seigneur qui avait un sens profond de la mesure.

Le Premier Président traverse Grenoble sous les acclamations, et son équipage est mené jusqu'à l'Hôtel de la Première Présidence.

Jusque tard dans la nuit, il doit se montrer au balcon. Le lendemain, ce sont tous les Corps Constitués qui lui rendent une visite respectueuse. Un membre d'une délégation du Clergé lui souhaite : "d'être un jour accompagné par autant d'anges dans le ciel qu'il avait trouvé la veille, sur son passage de personnes impatientes à le recevoir.

 

Huit jours après, il y eut la rentrée solennelle du Parlement. Les Grenoblois considéraient alors que tous leurs vœux étaient comblés. Aussi manifestèrent- ils leur enthousiasme par des festivités nombreuses. Un arc de Triomphe avec inscriptions en vers fut dressé Rue Neuve, près de l'Hôtel de la Première Présidence ; le jardin Dolle - l'actuel jardin des Dauphins - fut illuminé ; un bateau décoré et fleuri circula sur l'Isère, puis le soir, après le feu d'artifice, reçut les danseurs ; une pyramide de huit mètres de hauteur, flamboyante, éclaira la magnifique façade de l’Hôtel de Justice.


* * *


Nous avons déjà évoqué le paradoxe de l'histoire qui fit d'Albert de Bérulle, magistrat de haute lignée, l'impitoyable censeur des erreurs de la royauté ; il fut suivi d'un autre paradoxe encore plus grand : ce magistrat épris de liberté, réformateur audacieux, fut, quelques années plus tard, sous la Terreur, incarcéré à la Prison Saint-Lazare de Paris, traduit devant le Tribunal Révolutionnaire, condamné à mort sous la réquisition de Fouquier-Tinville et guillotiné le six thermidor, trois jours avant la chute de Robespierre.
 

Décidément, les hommes, sous le coup des passions,
ne savent pas être juste avec les justes
;

ils se laissent emporter par un grand courant dont ils méconnaissent la source.
Elle avait pourtant pris naissance Rue Neuve Des Pénitents, à Grenoble,
grâce à l'esprit élevé du Premier Président du Parlement, Albert de Bérulle.

Assemblée des trois ordres du Dauphiné en 1788 à la Salle du jeu de Paume au château de Vizille.
Assemblée des trois ordres du Dauphiné en 1788 à la Salle du jeu de Paume au château de Vizille.

* * *

René Fonvieille.
Né vers 1912, il est décédé en novembre 2008 à l'âge de 96 ans.
Docteur en droit, magistrat, il fut président de la Cour d'appel de Grenoble.

www.bibliotheque-dauphinoise.com › rene_fonvieille


* * *

Voir aussi ces articles


La journée des Tuiles de 1788 : 
une légende républicaine ?



La Révolution de 1789 :  
une monstrueuse légende urbaine ? 

 

Publié dans Histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article